Programme de Consommation Durable et Substitution Partielle au Bois-énergie

Contexte

La RDC présente une grande  dépendance  à  la  biomasse  comme  énergie  de  cuisson  (plus  de  93%  du  bilan énergétique du pays en 2015), etpeu d’attention a été accordée jusque-là à l’importance de diversifier le pool d’énergies de cuisson. Par ailleurs, malgré un potentiel national considérable, le taux d’accès à l’électricité (9% en moyenne en 2011) est l’un de plus faible en Afrique et dans le monde.Pourtant la croissance démographique galopante en RDC (3,1 % l’an1) ces dernières décennies, conjuguée à un mouvement d’urbanisation intense a fortement augmenté la pression sur la ressource en bois. Dépassant largement les capacités de régénération des forêts en périphérie des grands centres urbains, cette pression est à l’origine de grandes couronnes de déforestation, structurées autours des axes de communication (transport). Le bois-énergie devrait ainsi être responsable d’environ 58% de la dégradation des forêts et 19% de la déforestation sur 2010-2030.

Basé généralement sur la subvention directe du produit aux bénéficiaires, le succès des efforts de vulgarisation des foyers améliorés et de développement d’énergies de substitution au bois-énergie a généralement été très limité et non durable, en RDC comme dans le reste du monde. Les leçons de plusieurs décennies de soutien à la cuisson propre soulignent ainsi l’importance d’éviter les subventions directes (limitées dans le temps et faussant  la  perception  du  prix  et  de  la  valeur  du  produit  auprès  des  consommateurs) et la  production artisanale, et de plutôt (i) soutenir les acteurs du secteur par l’incubation de systèmes de production et de réseaux de commercialisation performants et viables et (ii) d’assurer une émulation visant l’amélioration des produits et des services tout en réduisant leur prix.

Le programme de consommation durable et substitution partielle au bois-énergie, focalisé sur la réduction de la demande en bois-énergie, suivra ainsi deux grandes démarches :

  • Le développement d’énergies de substitution au bois-énergie, en particulier le GPL, afin de réduire la prépondérance de ce dernier dans le mix énergétique national ;
  • La consommation plus efficiente en bois-énergie par la vulgarisation à grande échelle des foyers a plus grande efficacité énergétique, également de manière à réduire le volume de bois-énergie nécessaire pour répondre à la demande restante, et ainsi réduire la pression sur la ressource.

Objectif

L’objectif global du programme est de stabiliser le couvert forestier et la réduction des émissions de gaz à effet de serre liées à la production et la consommation énergétique pour la cuisson (et en particulier le bois-énergie) ainsi que de promouvoir le développement économique durable et équitable.

Résultats attendus

  • Des conditions habilitantes pour une production et consommation plus durable du bois-énergie, et le déploiement progressif des énergies de substitution au bois-énergie sont mises en place.
  • Des foyers améliorés sont produits et disséminés à travers le secteur privé et sont utilisés par au moins 10% des ménages de Kinshasa et des capitales provinciales visées, en particulier dans les zones à PIREDD (au moins 500 000 foyers).
  • Le marché du Gaz de Pétrole liquéfié (GPL) est amorcé en RDC et notamment Kinshasa, et des opportunités et conditions de sa production éventuelle future sont explorées.
  • Les revenus des populations sont améliorés tout en réduisant l’empreinte carbone des activités productives au travers de démarches incitatives pour la gestion durable des forêts

Documents

Le document du programme (PRODOC), les rapports ainsi que d’autres documents nécessaires sont disponible dans le dossier du programme.

Données-clés

Résultats atteints au 30 juin 2022

  • Restitutions des études des filières bois-énergie : la restitution du reste des études de base et des filières du bois-énergie a été entièrement faite à Goma et Bukavu respectivement le 21 et le 25 mars 2022.Au total 36 étudiants et 7 assistants de recherches des Universités de Bukavu (UOB et UCB) ont été formés sur les méthodologies de collecte et d’analyse des données sur la consommation et des filières bois-énergie. 
  • Master Plan et règlementations sur le GPL : une équipe de consultants individuels a été recrutée et mise en route depuis le 21 novembre 2021 pour finaliser le Master Plan sur le GPL pour la ville de Kinshasa. Les données d’activités du secteur ont été actualisées. Une analyse financière des options de développement de la chaine de valeur du GPL a été faites, à l’issue des consultations avec les acteurs actuels du secteur. Un draft du Master Plan avancé est disponible.
  • Elaboration de la Politique Nationale de l’Energie (PNE): une étape cruciale a été franchi dans l’élaboration de la politique nationale de l’énergie. À l’issue de la validation du rapport de diagnostic et de la définition des éléments de la PNE en fin d’année 2021, par l’ensemble des parties prenantes, le draft de la PNE a été techniquement validé en atelier les 24 et 25 mai 2022.
  • Appui à la restructuration de l’Alliance Congolaise des Foyers et Combustibles améliorés (ACFCA) : un rapport de diagnostic institutionnelle et organisationnelle de l’alliance a été conduite pour évaluer les forces et faiblesses mais aussi les opportunités pour l’Alliance. Le rapport de diagnostic a été validé le 25 février 2022.
  • Au titre du MCH, à la suite de la sélection du site de Yame, pour la construction d’une microcentrale hydroélectrique, réalisé en atelier du 11 au 14 août 2021, une Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES) est en cours de réalisation suivant les dispositions de l’ACE.
  • Une stratégie de communication et de marketing social : Au premier semestre 2022 le partenaire a élaboré son plan de travail et présenté les matériels de communication qui ont été validé en atelier le 13 juin 2022. Les autres activités encours sont le Point de presse, le Publireportage ainsi que la Foire de Kinshasa. En plus des activités conduites par le partenaire FMJC, le PNUD s’est officiellement attaché des services de l’artiste musicienne congolaise Barbara Kanam comme ambassadrice nationale de la bonne volonté pour la promotion des actions climatiques, le 16 mai 2022. Sa mission sera de faire de la sensibilisation de la population sur les modes de cuisson propre utilisant les foyers améliorés et le GPL.
  • Les formations et assistances techniques (Académie TERA) : Du 04 au 09 avril 2022 le programme a organisé le Challenge Fund Stove Camp à Nairobi au Kenya pour 8 entreprises du Congo pour apprendre les aspects techniques de la confection, production et commercialisation du foyer améliorés y compris l’efficacité et la durabilité du produit. Des meilleures pratiques et de cas d’étude pratiques du mali, Côte d’Ivoire y compris du Kenya ont été partagé avec les apprenants pour inspiration dans le développement de leur business model sur la cuisson propre.

Les détails sur les résultats sont disponibles dans le rapport semestriel 2022 du programme.

close

Recevez chaque trimestre notre bulletin d'informations en vous abonnant a notre newsletter

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.