Lors du premier Forum Annuel du Secrétariat Exécutif du FONAREDD tenu au mois de Janvier 2020, les interventions des panels ont suscité beaucoup d’intérêt, notamment en relation avec les investissements dans le secteur énergétique en RDC et l’implication du secteur privé. Le SE FONAREDD a ainsi pris le relai et a lancé une initiative de dialogue ouvert, les « Vendredis de l’Energie ». Deux sessions, dont la première sur la Transition Energétique, et la deuxième sur le Fonds-Défi Energie d’UNCDF se sont tenues en février et mars 2020.
L’Energie constitue un des piliers majeurs du Plan d’Investissement du FONAREDD, correspondant au 2e moteur de déforestation le plus important en RDC. Le portefeuille du FONAREDD comprend le programme Energie mis en œuvre par le PNUD et UNCDF, avec l’objectif de minimiser l’utilisation du bois-énergie. Il est alors important d’identifier des synergies possibles avec les parties prenantes. Pour permettre des réflexions approfondies et un dialogue dynamique, les sessions des « Vendredis de l’Energie » connaissent la participation d’un maximum de 20 personnes experts ou spécialistes en la matière.
Les sessions portent sur les aspects historiques, potentialités et implications des choix énergétiques en RDC, y inclus sur les énergies renouvelables. Les thèmes prévus pour l’année 2020 comprennent : La politique Energie, le potentiel du gaz liquéfié, le rôle de la Transition Energétique dans la réalisation de la Contribution Déterminée Nationale, la réalisation de l’Electrification en RDC, le projet de loi sur le développement des sources et utilisations d’énergies renouvelables, et l’amélioration des processus de carbonisation : présentation de l’étude sur les flux de charbon de bois. Les intervenants proviennent de toutes les parties prenantes pertinentes : Ministères, Bailleurs de fonds, Agences d’Exécution, Experts, Société Civile, secteur privé.

Réflexions sur les Energies Renouvelables

La première session des « Vendredis de l’Energie » s’est tenue le vendredi 07 février 2020. M. Fabrice Lusinde, chercheur indépendant était l’animateur principal de la session. Ainsi, il a présenté une synthèse de sa recherche et les possibilités des énergies renouvelables. Il a donné un aperçu historique sur le manque d’investissements énergétiques depuis les années 1980, pour les industries tant que pour les ménages congolais. Le tableau X ci-dessous permet une visualisation de cette capacité. Notamment la dépendance aux importations remontait en 2020 à 1,2 millions MWh du Southern African Power Pool (SAPP), soit à la hauteur de 140 millions USD. Surtout les préoccupations de ce déficit d’électricité liées au risque de freinage sur la croissance économique et le développement du pays ont été soulignés, ainsi que le lien à la dépendance national continue au bois-énergie et désormais à la déforestation.

Les possibilités des différents types d’énergies renouvelables pour combler ce gap ont été présentées et discutées dans un mode brainstorming. Notamment, le potentiel de l’énergie solaire a été identifié comme aussi important que l’hydro-électricité pour la RDC ; l’énergie solaire est d’autant plus intéressante car elle ne dépend pas de la grille électrique desservie en RDC, a un coût moins prohibitif que l’hydro-électrique car elle ne dépend pas d’installations coûteuses ou de techniciens qualifiées. Les fluctuations du régime hydrique ont aussi été identifiées comme un risque pour le potentiel de l’hydro-électricité en RDC. De plus, des synergies entre des bourses d’étude du PNUD et le travail de recherche de M. Lusinde ont été identifiés lors de cette session comme une action concrète de collaboration.
Présentation du Fonds Défi Energie d’UNCDF
La deuxième session des « Vendredis de l’Energie » s’est tenue le vendredi 13 mars 2020. M. Yves Zawadi a fait une présentation du Fonds Défi d’UNCDF, focalisant surtout sur son mode opératoire et la possibilité de mise à échelle. Le Fonds Défi se présente comme la pièce manquante dans le financement des entreprises du secteur énergie ; il investit dans des entreprises en phases de démarrage et des projets à haut risque qui ont un potentiel de transformer le marché de l’énergie vers les énergies renouvelables, en permettant une évolution commerciale des PME appuyés. Le tableau X2 ci-dessous, permet de suivre le chronogramme prévu entre 2019 et 2022. La première fenêtre, les manifestations d’intérêt, était anticipé de s’ouvrir en février-mars 2020. Trois différents lignes d’appuis sont envisagés, selon les besoins ou capacités des PME : incubation (appui pour élaborer un plan d’affaire et d’améliorer la qualité de leurs produits), expansion (recevoir plus de subvention), et mise en échelle (analyse de crédit pour recevoir les crédits ou garanties).

La discussion qui a suivi a évoqué les possibilités et les modes d’encouragement de l’entreprenariat visant les énergies renouvelables, les expériences d’autres pays, les synergies possibles avec d’autres programmes, l’intégration de l’aspect genre dans le fonds, l’intégration de ces éléments dans les PIREDD du portefeuille du FONAREDD.
Suite à la pandémie de COVID-19, l’initiative a été mise en pause durant la période de confinement, mais il est prévu de reprendre les sessions de travail mensuelles de cette thématique importante en fin juin 2020.