ENERGIE

Le bois-énergie représente 95% de la consommation énergétique des ménages ruraux et près de 90% de celle des ménages urbains. Selon les études sur les moteurs de la perte forestière, le bois-énergie est un facteur direct majeur de la déforestation ainsi que de la dégradation des forêts. La carbonisation artisanale est principalement destinée à l’approvisionnement des centres urbains et provoque dès lors une auréole de déforestation et de dégradation autour des grands centres urbains (tels que Kinshasa, Kisangani ou Mbuji-Mayi).

Il est donc apparu pertinent d’adresser cette problématique dans tous les programmes intégrés (PIF et Fonds national) afin (i) d’augmenter l’offre durable grâce au reboisement ou à une meilleure gestion des forêts (pilier forêt), tout en (ii) réduisant la demande, que ce soit grâce à une accessibilité accrue aux énergies alternatives au bois-énergie (pilier énergie) ou à l’amélioration de l’efficacité énergétique (foyers améliorés, technique améliorées de carbonisation), en se focalisant tout particulièrement à l’intérieur et aux alentours des grands centres de consommation.

Réalisations phares cumulatives fin 2021

close

Recevez chaque trimestre notre bulletin d'informations en vous abonnant a notre newsletter

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.